Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 08:42

Rousseau éprouvait une horreur pour le sang versé. C'est pourquoi il écrivit: "Génevois redevenez libres, mais soyez plutôt esclaves que parricides" (Rousseau était favorable aux réformes et non aux révolutions violentes).

 C'est le sens de cette phrase:

 "Le sang d'un seul homme est d'un plus grand prix que la liberté de tout le genre humain" Lettre à la comtesse de Wartensleben, Cité  par François Bouchardy, Introduction des Ecrits politiques dans  la Pléiade, (Oeuvres complètes tome 3, p XVIII).

Bien entendu cela ne l'empêche pas de rendre hommage aux hommes libres, qui ont donné leur vie pour préserver  leur dignité.

 " Renoncer à sa liberté c'est renoncer à sa qualité d'homme, aux droits de l'humanité, même à ses devoirs". Du contrat social, Livre I, chapitre IV.

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

phil 27/03/2011 20:07



Bonsoir,


Autant pour moi! et merci pour la référence (désolé si mon commentaire a pu vous sembler désobligeant, tel n'était pas mon intention, je vous lis presque chaque jour). Pour revenir à
Rousseau n'est-ce pas tout de même un paradoxe d'espérer passer d'une tyrannie à une société légitime sans verser une goutte de sang? - et les hommes libres qui ont donné leur vie ont bien du en
sacrifier aussi parfois. Le refus de la révolution (remède qui selon lui serait pire que le mal) n'est-il pas un point problématique de la philosophie politique de Rousseau? S'il faut
renoncer à se révolter de peur de faire couler le sang, ne renonce-t-on pas tacitement à sa liberté et n'accepte-t-on pas par là de vivre en troupeau de bétail comme dirait Rousseau? Je comprends
bien que l'on peut parfois "tuer l'Etat sans tuer un seul de ces membres". Mais est-ce un genre de discours que l'on pourrait tenir aujourd'hui aux insurgés lybiens? Et nous-mêmes, si nous sommes
favorables à l'intervention de la coalition en Lybie ne nous rendon-nous pas responsable du sang versé parcette intervention?



laurence hansen-love 27/03/2011 20:44



Personne n'espère venir à bout d'une tyrannie sans verser une goutte de sang.
 Mais ce n'est certainement pas le rôle des philosophes  d'inciter à  la violence!


Rousseau a  rendu bien plus de services aux français en écrivant Du Contrat social qu'en les appelant à prendre les armes.
 Quant aux insurgés libyens, je salue leur héroïsme.
En tant que française , je n' ai rien à souhaiter  sinon  ceci; que nos bombardements ne touchent que des cibles militaires, et non civiles.
 Je suis entièrement d'accord avec Rousseau comme avec Socrate. Il faut lutter pour un monde plus juste,  mais avec les moyens qui sont les nôtres (la parole) e tnon en appelant à la
violence.


 La violence est peut-être parfois inévitable. Elle n'est jamais souhaitable