Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 16:17

C’est entendu, on ne peut pas dire qu’une civilisation est supérieure à une autre ;  une civilisation c’est une  vision particulière mais   conséquente,  une logique globale,  et aucune ne peut être jugée préférable à une autre de ce point de vue…

 Autre argument :   si l’on affirme qu’un éthique (laïque par exemple) ou une politique (démocratique par exemple) est préférable à une autre, on le fait en se fondant sur des normes  qui elles-mêmes procèdent de cette éthique et de cette politique : cela s’appelle une « pétition de principe » (erreur de logique consistant à présupposer ce qu’il faut démontrer…).

 Une fois ces précautions prises, il est possible de soutenir que   certains présupposés et les  orientations qui en découlent,  sont supérieurs à d’autres, en ce sens qu’ils sont généralisables. Ce qui n’est assurément pas le cas de toutes les conceptions de l’existence, ni de toutes les idées.

 Pierre-Henri Travoillot évoque ce soir dans le Monde  le principe de  l’autocritique. J’ajouterai pour ma part une autre « Idée » (« Idée » au sens de « philosophie », c’est-à-dire de doctrine cohérente et argumentée)  dont le bénéfice pour  l’humanité me  paraît indéniable : c’est celle de « religion naturelle ». C’est   l’idée d’une « religion » qui ne  prescrit aucun culte, qui demande rien … sinon l’amour de son prochain, ou plus exactement   l’amour de  l’Autre, que  l’on peut appeler Dieu -  si l’on y tient  -  ou bien  la Nature (Spinoza), ou bien le prochain, mais  tout aussi bien  le lointain, l’étranger. Un amour qui n’exclut pas  car il ignore toute clôture identitaire (« nous et notre vrai Dieu» en conflit potentiel avec  tous   les «  autres »).
 Cette idée de « religion naturelle »,  on la trouve évoquée tout au long  de  notre tradition philosophique, depuis  Platon jusqu’à Jankélévitch… C’est une religion qui ne donne aucune directive (« Les dieux n’ont pas besoin de nos soins »  dit Platon), n’exige  ni offrande ni sacrifice (Lucrèce : « La vraie piété,  ce n’est pas de se présenter la tête voilée devant une pierre, ni de  verser le sang des animaux… c’est de regarder toute chose avec sérénité »), qui n’impose aucun rituel, qui ignore les traditions spécifiques et les  conventions sociales, qui fait l’économie  de toute Eglise, qui ne connaît  la prière   que « de louange », et non de demande (Rousseau),  qui ne prescrit  rien,  ne promet rien - surtout pas la vie éternelle - et qui peut rassembler («religare ») les hommes,  mais sans  les opposer les uns aux autres. Une religion qui tourne le dos à la superstition (Hume), qui se passe de clergé (Kant),  qui méprise les tartufferies (Molière), qui n’exige jamais de verser le sang, pas même celui des animaux.  Qui ne cherche pas  de bouc émissaire (Les animaux malades de la peste,  la Fontaine).

 Cette idée se trouve chez Platon  (Euthyphron),  chez Lucrèce, Spinoza, Hume (Dialogues sur la religion naturelle), Rousseau, Kant (La religion dans les limites de la simple raison)  ou Jankélévitch : Dieu ne nous demande pas de nous sacrifier ni de nous mortifier  pour lui, écrit-il…

 

 Cette idée là est ancrée  (me semble-t-il)  dans le sol d’une culture gréco-occidentale, mais elle est universalisable. Car si elle gagnait  du terrain, elle serait  porteuse de sentiments pacifiques.

 Pour cette religion naturelle, universalisable, il n’y a aucun dogme, aucune certitude. Une telle religion a en effet  intégré l’idée de critique, de doute, d’autocritique (Hannah Arendt).

Pour une telle religion, Dieu n’est pas une réponse, mais une question.

Partager cet article

Published by laurence hansen-love
commenter cet article

commentaires

thomas 26/02/2012 20:01


"généralisable" c'est l'impératif catégorique de Kant ? Autocritique : c'est le point de vue de Ferry ?


Les deux sont discutables. La généralisation ne peut se faire que sur la base de l'idée que l'on se fait des autres. Il n'y a pas de généralisation quand on consulte les autres.


Autocritique : ce n'en est pas une. Elle ne remet pas en cause les fondements. C'est plutôt une question de liberté, et la liberté n'est pas forcément du côté des plus conditionnés.


Il faut bien admettre, pour mettre en perspective le problème et garder sa boussole, que toute conception d'une société (quel que soit le sens, la définition que l'on donne à ce mot) est une
élucubration, une théorie. Seul l'individu vivant est réel. C'est donc à lui, pour juger des civilisations etc qu'il faut, in fine, en revenir. 

Présentation

  • : Hansen- love over-blog
  • Hansen- love  over-blog
  • : Professeur de philosophie, à Paris. Directrice de collection chez Belin et chez Hatier et animatrice de www.cinechronique.comCo-auteur de : Philosophie,anthologie (Belin) et Philosophie de A à Z (Hatier). Auteur de : "Cours particulier de philosophie" et "La philosophie comme un roman" (Hermann)
  • Contact

Recherche