Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 11:27

C'est un sujet de dissertation pour HEC, mais tout aussi intéressant pour Sciences-po Paris.
 Vous pouvez m'envoyer un plan (trois réponses à la question posée, comme je fais dans tous mes corrigés  http://lewebpedagogique.com/philosophie-bac/).

 

Je vous fournirai un corrigé le 15 novembre prochain.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans Préparation IEP (sciences-po)
commenter cet article

commentaires

L.C 02/11/2011 20:48



Je propose également un plan, qui s'inspire largement de celui proposé par le commentaire précédent mais auquel j'ai substitué une autre 3e partie.


I - le conflit semble néfaste : cf Hobbes qui, dans un contexte de guerre civile, affirme dans le Léviathan que la guerre entraîne une perte de liberté physique (danger physique), néfaste
notamment pour l'économie car l'homme perd sa liberté d'entreprendre. Le conflit est donc à proscrire de la société, on y parvient par le contrat social qui assure la sécurité.


II - mais le conflit est également un moteur de l'Histoire; Marx va même jusqu'à affirmer, en reprenant les "degrés de conscience" hegeliens, que les contradictions qui composent chaque strate de
l'Histoire mènent à une société sans classe, sans Etat et pacifique. Ainsi, des exemples historiques montrent que le conflit a pu conduire à une amélioration de la situation des plus faibles,
notamment la Révolution française qui a permis l'abolition des privilèges de la noblesse et du clergé (Etat féodal de Marx)


III- le conflit n'est pas synonyme de violence. Il renvoie à la confrontation d'opinions et de sentiments opposés. Une société qui autorise le conflit en son sein est donc une société qui promeut
la liberté d'expression. Pour aller plus loin encore, une société sans conflits serait une société qui affirmerait l'existence d'une vérité scientifique absolue, et qui l'érigerait en modèle. Or
Hannah Arendt montre bien qu'une telle société dérive en totalitarisme.


J'espère ne pas être complètement hors-sujet !



laurence hansen-love 02/11/2011 21:30



Oui, c'est bien, vous verrez mon corrigé...


( Sauf la première partie, où vous confondez état de nature, conflit et guerre. Les conflits à l'état de nature sont surtout virtuels. Il ne s'agit pas exactement de guerre. Mais le
sujet concerne la société, donc pas l'état de nature..)



 Tout le pb du sujet c'est: quels sont les conflits qu'il faut tolérer parce qu'ils sont nécessaires et féconds, et quels  sont ceux qu'il  faut tenter de proscrire... 



CanardWC 02/11/2011 16:45



Juste histoire de faire un plan en trois parties.


 


I- une société ne doit pas connaitre de conflit


II-pourtant une société sans conflit n'existe pas. Dans cette partie je cherche les causes du conlit


III- les conséquences du conflit dans une société (je mets cette partie par contrainte pour respecter le plan en trois parties. Idéalement, je ne la mettrais pas dans mon développement mais
plutot en conclusion. Ce serait un plan en deux parties.)



laurence hansen-love 02/11/2011 21:25



Non, ca ne va pas, car votre troisième partie, qui ne prend pas position, n'est pas une synthèse, et donc on ne voit pas du tout quelle est votre réponse finalement..


 Ce n'est pas la bonne néthode...



G.D 01/11/2011 11:24



Je me suis efforcé de faire un plan de style kantien pour répondre à cette question même si je doute y être arrivé:


I Thèse idéaliste: Le conflit est néfaste donc a proscrire


II Thèse empiro-sceptique: Le conflit est le moteur de l'Histoire donc souhaitable


III Solution: Il ne faut pas voir une fin dans le conflit, c'est le moyen d'avoir la paix ( yin et yang sont indisociables, pas de paix sans conflit), qu'elle soit intérieure (conflit de la
raison avec elle-même) ou extérieure.



laurence hansen-love 01/11/2011 21:27



C'est très correct. Vous lirez mon corrigé ici dans une huitaine de jours, Vous verrez que c'est à peu près la même ligne directrice.


 Votre 3 e partie toutefois est ambigüe en ce sens que l'on ne voit pas bien si la paix inclut le conflit ou si la paix résulte du conflit ( si le conflit est un moyen en vue d'une paix qui
y met fin)



Cordroch J F 26/10/2011 13:52



Pour résumer mon commentaire précédent je dirai qu'une société ne peut tout simplement pas être sans conflits , elle est le produit original d'un conflit entre l'homme et la nature ,et elle ne
peut se maintenir qu'en entretenant en son sein, des conflits , qui sont autant de reproductions sous différentes formes du conflit initial .



Cordroch J F 26/10/2011 11:06



Il ne faut pas rêver Max , la violence spontanée ,telle par exemple une claque , voir un coup de poing est un geste aussi naturel qu'un coup de griffe du chat ou du lion lors d'une bagarre pour
obtenir les faveurs d'une femelle .L'homme peut se contrôler ,se maîtriser ,en faisant appel à sa raison afin d'éviter cette violence directe et spontanée .Mais à force de se retenir d'exprimer
sa nature profonde ,car se battre pour satisfaire ses besoins vitaux fait partie du processus naturel de vie et de survie , l'homme subit une surpression qu'il lui faut impérativement évacuer par
des moyens détournés , devenant autant de médiations entre lui et la nature .


Ne vaut-il pas mieux une bonne claque ,ou un coup de poing ,servant plus à donner un signal , un avertissement en allant pas plus loin dans la violence , que trop de retenue qui se transformera
en s'accumulant, en une bombe aux dégats beaucoup plus importants .Une claque ou un coup de poing ne fait pas plus mal qu'une rage de dent ,et l'on peut toujours regretter son geste après
coup , demander des excuses ,et chercher à se faire pardonner .IL vaut mieux de multiples petites violences facilement réparables , que de gros conflits qui dégénèrent en devenant
incontrôlables et irréparables .


Les violences auxquelles nous assistont dans nos sociétés modernes ne sont plus de petites violences , elles sont de l'ordre de conflits, résultants de la soumission des individus à des
idéologies et des systèmes remontant à plus de deux milles ans ,qui n'ont eu de cesse de les(les individus) empêcher  d'agir de façon naturelle ,en les soumettant à des morales et des
lois qui les ont transformés en des millions de petites bombes .


En l'absence d'idéologies ,sources de frustrations ,en évoluant donc de manière naturelle ,l'homme aurait appris à force d'expériences et de connaissances ,acquises dans le respect du processus
naturel d'évolution ,à domestiquer la nature en lui ,en faisant de certaines pratiques culturelles des soupapes de sécurité lui permettant d'évacuer ses surtensions . C'est ce qu'il avait
commencé à faire lorsque sont apparues les religions monothéistes qui ont procédé à l'arrêt de ce processus .


Nos sociétés sont le produit du conflit homme-nature , duquel découlent tous les conflits internes de celle-ci ,qui  sont les garants de leur pérennité .Donc les conflits sont
indispensables ,ils donnent un sens à l'existence des individus en leur procurant des raisons de se battre a travers lesquelles ils peuvent continuer à évacuer leur surtension ,due à la
frustration originelle de ne plus pouvoir agir spontanément .Le conflit est le moteur de nos sociétés dont le carburant en est la frustration , il est comme un feu que l'on entretient afin de
maintenir un certain degré de température .Sa fonction est de maintenir et justifuer des idéologies ,il est donc fait pour durer et non pour s'arrêter un jour .


Ces quelques idées ne rentrent certainement pas dans le cadre prédéterminé d'une dissertation , désolé mais je suis totalement incapable de respecter un plan , je n'essaye donc même pas .
J'ai toujours été un mauvais élève qui préférait se laisser vivre ,comme me le reprochaient les profs .