Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 13:31

Apparemment, les grecs ne veulent pas sortir de  l'Euro.. et par conséquent ils ne veulent pas de ce référendum puisqu'ils ne peuvent répondre ni oui, ni non..
 On l'aura compris, ce qu'ils veulent, c'est garder l'Euro et les aides financières, mais refuser  l'austérité  et la mise sous tutelle que va leur infliger la BCE... Le beurre mais pas l'argent du beurre, comme on dit...

 On se demande si  en France ne serait pas la même chose.. On croit l'Europe responsable de nos souffrances, alignement sur l'Allemagne etc.... Mais à la question: souhaitez-vous sortir de l'Euro?  que répondrions-nous? Il n'y a qu'à organiser un référendum...

 

 ( Quelques remarques annexes:

 1. Est-ce que Papandreou ne serait pas tout simplement stupide? Ce n'est pas ce que je pensais, mais maintenant je me demande.. (au vu de ce qu'il a déclenché avec son idée de génie, et qu'il aurait pu anticiper!)
2. Il est très probable que ce référendum n'aura pas lieu. Ceux qui ont fait semblant de croire qu'il aurait lieu étaient-ils sincères? Voulaient-ils prendre part au bluff? Pourquoi?

3. Que penser de tous les Mélenchon et autres Montebourg, Eva Joly (je vous épargne Lepen) qui se sont réjouis de ce "grand moment de démocratie"?

4. Arrêtons de dire que la Grèce pourrait sortir de l'Euro.. . en théorie...

Peut-on  ignorer qu'alors les grandes banques européennes feraient   faillite, entraînant avec elles la faillite de l'Italie..(la suite est imprévisible)?)

 

 Ce n'est  pas  l'interêt de qui que ce soit qu'un peuple de l'Europe fasse faillite. Même si personne n'a plus envie de payer pour la Grèce, pour l'Italie, pour les banquiers irresponsables... Il n'empêche. On n'a pas le choix. Et la Grèce, qui n'est pas l'Argentine,  n'a aucune chance de s'en tirer seule (elle a zéro ressources!). C'est pourquoi il n'y avait pas à proposer un référendum (parangon de démocratie?)

Partager cet article

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article

commentaires

Axel 08/11/2011 13:01



Il ne s’agit pas, pour les économistes hétérodoxes, de prendre (par principe) le
contrepied systématique des recettes actuelles, mais de proposer autre chose. Certes, c’est radicalement un autre modèle de société.


 


Sur les pays vertueux :


Pour prendre le cas de l’Allemagne je dirai que sa relative bonne santé économique
s’est largement constituée sur le dos des autres pays européens. Les exportations allemandes se font prioritairement en Europe et la compétitivité allemande est largement adossée à des mesures
relavant d’un dumping social qui ne veut pas dire son nom…


 


Dans le cas des pays nordiques, je me méfie des transpositions ex-abrupto.


Il s’agit essentiellement de pays de faible densité démographique, dotés de ressources
naturelles importantes. Ce qui donne plus de latitudes à une bonne et large redistribution.


Il faut aussi prendre en compte de nettes différences culturelles entre la France et
ces pays.


D’autre part, je note que les pays nordiques sont réputés « les moins corrompus de la planète » (Le rebond du modèle scandinave -
Marie-Laure LE FOULON). Là aussi réside sans doute bonne part de leur succès. A côté de cette probité, les agissements de la classe politique française (et pas seulement, loin s’en faut) font
malheureusement songer à une république bananière… C’est pourquoi cette référence « Contre le vide moral. »
de Tony Judt m’intéresse.


 


Pour résumer mon sentiment : pour les pays réputés vertueux, quelle part revient
véritablement à la social-démocratie quelle part revient à tout le reste ? Je n’ai pas de réponse tranchée même si j’ai ma petite idée.


Il me semble néanmoins que les alternatives proposées en France par les partis dits de
gouvernement ont la saveur d’une eau tiède versée dans la bouche d’un volcan au bord de l’éruption.



laurence hansen-love 08/11/2011 20:56



La où je suis d'accord avec vous, c'est que les français n'ont sans doute pas cette fameuse probité qui est la base de la social-démocratie.


 Mais ce qui est sûr c'est que le libéralisme est compatible avec des sociétés et des pratiques relativement équitables. Ce qui suffit largement à démontrer que le problème ce n'est pas le
libéralisme lui même, mais les dysfocntionnements de certaines sociétés (Grèce, Italie, et dans une moindre mesure: France).


Hélas il n'existe aucune solution économique ou financière,  apte à nous sortir de la crise, en tout cas dans l'état actuel des choses...


 Mais je suis moi aussi, en théorie, pour rompre avec le "modèle productiviste" comme votre économiste  Jean Gadrey.


 http://www.esprit.presse.fr/archive/review/article.php?code=35933


 je suis une lectrice  de Bernard Perret..


 mais enfin avec F. Hollande, c'est mal parti...



Axel 08/11/2011 08:45



Bonjour,


 


J’avais bien aimé la série de conférences de Pierre Rosenvallon au Collège de France
intitulée « Qu’est-ce qu’une démocratie » ; non pas pour les thèses personnelles de l’auteur, mais parce que cet historique plutôt
exhaustif était une source documentaire fort intéressante à étudier.


 


J’ai lu, il y a peu, l’entretien de ce dernier avec François Hollande dans Philosophie
magazine et je l’ai aussi écouté avec attention lors d’une émission récente de ‘Réplique’ et il ne m’a pas convaincu. Il se place dans le courant du social-libéralisme et se déclare
Tocquevillien. Je ne le suis pas dans cette voie qui m’apparait une impasse. J’espère néanmoins pouvoir aller l’écouter lors de son passage ce mois ci à CitéPhilo pour parler de son dernier
livre.


 


Quant aux délires supposés de Frédéric Lordon, évidemment je ne partage pas ce
jugement de valeur (d’ailleurs ses propositions étant aux antipodes des politiques menées depuis des années, bien malin qui pour évaluer de la pertinence des mesures qu’il préconise). Ce que je
constate néanmoins, c’est que les recettes assénées, toujours les mêmes depuis une bonne trentaine d’années, que ce soient sous des gouvernements de droite ou des gouvernements dits de gauche,
sont bien celles qui nous ont menées là où nous en sommes).


 


Merci enfin pour cette référence : « Contre le vide moral. » de Tony Judt. Il est toujours bon de lire les opinions et analyses de ceux dont on ne partage pas, à priori, les idées. Et en
allant lire la présentation de l’éditeur, j’ai relevé cette citation : « Quelque chose laisse profondément à désirer dans la vie que nous menons
aujourd’hui. Voici trente ans que nous avons fait de la poursuite de l’intérêt matériel personnel une vertu ;… » Je suis déjà au moins d’accord sur le constat. Il me reste donc à
lire les solutions qu’il préconise, et les pistes de réflexions qu’il propose.



laurence hansen-love 08/11/2011 11:53



Oui. Mais ce n'est pas parce que ce que  l'on fait, en gros, n'est pas satisfaisant que ce qui semble en prendre le contre-pied est recevable..
 De plus, on ne peut rejeter en bloc le libéralisme (européen), quand on voit à quel point il donne des résultats enviables  dans les pays "vertueux" Allemagne, mais aussi Canada,
Finlande, Danemark etc.. Il y a un bon niveau de protection sociale, une éducation de qualité, un faible taux de chômage..


 



Axel 07/11/2011 08:57



Sur les questions économiques, il me semble mesure de salubrité mentale, pour les
philosophes, afin d’éviter le piège du café du commerce, d’aller lire ce qu’ont à dire les économistes hétérodoxes (car la média-sphère nous gave jusqu’à nausée d’une orthodoxie sirupeuse, un
analgésique de « bien-pensance » qui fini par nous muer en psittacidés ; relais bien dociles d’un système à bout de souffle…).


 


Ainsi Jean Gadrey, Professeur émérite d'économie à l'Université Lille 1. Sur l’entrée
‘sécurité sociale’ quelques pistes de réflexion sur son blog :


http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey?s=s%C3%A9curit%C3%A9+sociale


 


Frédéric Lordon, directeur de recherches au CNRS, dont je conseille vivement la lecture de
sa pièce de théâtre, « D’en retournement l’autre », cette comédie en quatre actes et rédigée en alexandrins.


Un petit billet ici à ce sujet (la vidéo est tout à fait
intéressante) :


http://aevigiran.over-blog.com/article-frederic-lordon-d-un-retournement-l-autre-comedie-serieuse-sur-la-crise-financiere-88102918.html


 


Aller, je ne résiste pas à en donner un petit extrait. C’est le président de la république
qui s’exprime :


 


« J’énonce les principes, et je dis la doctrine
:En haut de la vertu je veux que l’on culmine.A compter de ce jour le monde s’y plieraCar ses choses auront été dites par moi.(…)Tout en réaffirmant que le capitalismeEst comme le soleil de notre héliotropisme :Nous ne devons jamais laisser de nos orbitesDéformer l’elliptique, altérer le zénith –(ravi)Voyez un peu comme ces mots miraculeuxD’un tout soudain inspir me descendent des cieux ! »


 


Le site de Frédéric Lordon (et pour une analyse de la
crise) :


http://www.fredericlordon.fr/triptyque.html


 


Il y a encore, pour ceux qui voudraient comprendre les mécanismes de l’économie au travers
d’une petite histoire sympathique, Laurent Cordonnier et son « économie des Toambapiks ».



http://aevigiran.over-blog.com/article-laurent-cordonnier---l-economie-des-toambapiks-une-fable-qui-n-a-rien-d-une-fiction-58279542.html




laurence hansen-love 07/11/2011 18:36



merci Axel, j'ai été jeter un coup d'oeil... j'ai entendu le pur délire de Frédéric Lordon sur ce qu'il fallait faire en 2008.. mais passons.


 Permettez moi de vous recommander pour ma part, outre les livres de Rosanvallon, celui que je suis en train de lire: Contre le vide moral.Restaurons la social-démocratie de Tony Judt



Tom 04/11/2011 22:38



Une semaine que je ne suis pas passé et il s'en est passés des choses, je suppose donc qu'il doit y avoir un petite dizaine d'articles et de posts sur la grêce que je n'ais pas encore lus puisque
je remonte votre blog. Mais bon répondons déjà à cela!
Moi j'ai une impression totalement inverse (et je rejoins la dessus Guetta, dont on m'a fait un compte rendu de la chronique, sur Fr Inter ou autre radio...) pour moi au contraire Papandréou
a joué très fin, et a agi avec courage (en faisant passer son peuple avant sa carrière politique ce qui devrais être la norme, enfin bon...). D'une part il a mis en évidence un des grands
problèmes de l'Europe: dès qu'on fait mine de consulter le peuple les instances s'agitent et s'angoissent, c'est symptomatique! D'autre part il a aussi révelé un des gros défaut du système
financier: il combine une irrationalitée phénoménale avec un court termisme affollant, inconciliable avec le temps politique (les bourses chutent en quelques minutes quand on annonce un
réferendum en Décembre...).
Ensuite plus concrètement il a mis chacun face à ses responsabilités: la droite grecque (qui refusait auparavant de voter le plan qui permettait à la grèce d'espérer sortir de la mouise dans
laquelle elle l'a mise quand elle était au pouvoir), le peuple grecque aussi (qui manifeste contre son gouvernement qui tente pourtant de le sauver, même si selon moi ils auraient raisons de
manifester contre l'Europe qui est dans une logique punitive stupide) ça devrait vous plaire vous qui rendez les peuples responsables de la crise actuelle, et l'Europe enfin (hélas un succcés
mitigé sur ce point: si certains on reconnus qu'on ne faisait pas la charité à la grèce mais qu'on sauvait notre propre peau, d'autres ont conseillés une sortie de la grèce de l'Euro)...
En tout cas j'ais été outré par la réaction du couple Merkel-sarkozy qui ont rivalisés de mépris et de dédain envers Papandréou. Comme si il n'avais pas son mot à dire (confirmant la mise
sous tutelle intolérable des grecs, dans la mesure où l'on a même pas laissé le nouveau gouvernement tenter de gérer la crise dont ses prédeccesseurs étaient reponsables, si on l'avait laissé
faire le travail aurait été fait et aurait paru beaucoup moins illégitime aux grecs), comme si 11 millions d'habitants ça ne compte pas (alors que la majorité des pays d'Europe tourne autour de
ce nombre ou en dessous...)! Bon pour le reste, à part les parades au bras d'Obama, je n'ais pas grand chose à redire sur sarkozy qui au moins agit (même si pour moi il s'écrase devant
Merkel...).



laurence hansen-love 05/11/2011 13:50



la Grèce, et non la grâce!


 


 Oui Sarkozy agit (première fois à ma connaissance que vous lui reconnaissez un mérite! pendant que Hollande se tourne les pouces au milieu des chèvres en Corrèze


 Dommage que vous n'ayez pas entendu la chronique de Daniel Vernet tout-à-l'heure


http://www.franceculture.fr/emission-la-rumeur-du-monde


. Les grecs depuis leur entrée dans l'Euro ont profité de l'argent de 'lEurope pour entretenir 


 leurs turpitudes. Tout le monde le sait , à part vous...


 


Il n'y a plus d'autre solution (en attendant la constitution d'un Etat grec digne de ce nom!) que la mise sous tutelle d'un pseudo gouvernement grec (car si les grecs ont un semblant de
gouvernement, ils n'ont pas d'Etat) par des technocrates européens, ceux qui ont permis aux grecs de ne pas faire faillite. Idem pour l'Italie, pour d'autres raisons (discrédit de son
gouvernement).
 Quant à la France, du fait de ses difficultés financières, elle ne peut être qu'à la remorque de l'Allemagne.


 La faute à qui? Aux allemands? A Nicolas Sarkozy?
 Non!


 La faute aux français qui sont toujours vent debout dès que l'Etat envisage les mêmes réformes de salubrité publique que les autres Etats (Allemagne, Suède, Canada etc...), réformes qui
eussent été nécessaires pour éviter la dérive des finances publiques. Il ne fallait pas attendre la dernière extrêmité, où nous sommes maintenant!


Voyez l'exemple du trou  de la sécurité sociale.. Qui en est responsable? La droite? Sarkozy? Mais non! Tout le monde! Dès qu'on envisage une mesure d'économie, tout le monde est dans la
rue..


 



max 03/11/2011 14:33



Terrible alternative que vous nous proposez : l'Europe ou la démocratie ?



laurence hansen-love 03/11/2011 22:20



De façon générale, en philosophie, on exclut les réponses type blanc/noir.


 Pour moi, il faut plus d'Europe, plus de démocratie.. c'est-à-dire plus de civisme, plus de souci du bien commun et divers autres choses qui manquent cruellement.
 la démocratie ne se réduit pas aux consultations populaires aléatoires....