Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 17:04

«  L'animal humain  est agressif, mais il ne se bat pas par instinct et la guerre est une expression, elle n'est pas une expression nécessaire de la combativité humaine. Elle en  a été l'expression constante au cours de la phase historique, à partir du moment où les sociétés se sont organisées et armées. Il est contraire la nature de l'homme que le danger de violence soit définitivement écarté : en toute collectivité, des inadaptés violeront les lois et attaqueront des personnes. Il est contraire à la nature des individus et des groupes que les conflits entre individus ou entre  groupes disparaissent. Mais il n'est pas démontré que ces conflits doivent se manifester dans l'institution belliqueuse, telle  que nous la connaissons depuis des milliers d'années, avec des combattants organisés, utilisant des outils toujours plus destructifs.
 La paix, c'est à dire l'absence de guerre légale entre collectivités souveraines est-elle  possible ? Est-elle probable ? Nous nous poserons  la question après avoir analysé le monde d'aujourd'hui. Bornons-nous, au terme de ce chapitre, à la seule conclusion que nous suggèrent les biologistes.
La difficulté de la paix tient plus à l’humanité qu’à l’animalité de l'homme. La souris qui a reçu une raclée se soumet au plus fort et la hiérarchie de domination est stable. Le loup qui tend  la gorge est épargné par son vainqueur. L’homme est l’être capable de préférer la révolte à l'humiliation et sa vérité à la vie. La hiérarchie du maître et de l'esclave ne sera jamais stable. Demain les maîtres n'auront plus besoin des serviteurs et ils auront le pouvoir d’exterminer ».
 Paix et  guerre entre les nations; Raymond Aron, p.364.
Merci à  Philippe Gaudin de m’avoir signalé ce texte.

 

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 14:58

"Heureux les fêlés car ils laissetn passer  la lumière" Michel Audiard

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article
4 octobre 2017 3 04 /10 /octobre /2017 15:47

En 2014, j'ai eu la chance de rencontrer Karl Marx; Il répondu à mes questions, et à mes objections, avec beaucoup de patience et de bienveillance.

http://la-philosophie.com/entretien-avec-karl-marx-par-laurence-hansen-love
Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article
3 octobre 2017 2 03 /10 /octobre /2017 14:47
Le jeune Karl Marx

J'ai vu le film  que j'ai trouvé plaisant...

Néanmoins j'ai une petiie objection. Je trouve qu'en sortant on ne sait pas grand chose du marxisme: qu'est-ce que, par exemple, un jeune hégelien? Qu'est-ce qui oppose Marx et Proudhon? C'est quoi le matérialisme historique? Quid de "l'idéologie allemande" ? 

Finalement on apprend seulement que la société est divisée en deux catégories, les bourgeois et les prolétaires, et qu'elles sont par nature et pour toujours "ennemies", (thèse  au demeurant .. discutable ? )

 

Bref d'un point de vue pédagogique c'est un peu courrt; ce n'est pas grave, dans la salle,  peu emplie,  il n'y avait que des vieux intellos communistes, déjà croisés il y a quelques jours à la fête de l'Humanité..

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article
4 septembre 2017 1 04 /09 /septembre /2017 09:43
Sur la rhétorique populiste et le ressort de la haine


« La haine surgit quand est refusé ce que la représentation institutionnalise. La représentation institutionnalise la division en politique, c'est-à-dire l'altérité. Quand l'autre est reconnu, les divisions, les séparations et les écarts sont aussi admis. Et dans ce cas, la haine et l'amour sont intriqués, et le refoulement peut opérer. Je peux taire la haine des uns si je peux dire l'amour des autres. Le populisme met fin à ces possibilités.
  La rhétorique populiste unifie les sens du mot « peuple », qui, sinon, existent  à l'état séparé. Quand le sens des mots ne glissent plus, et n'échappent plus dans une pluralité de sens, alors le pouvoir d'un mot peu devenir terrible. Quand le peuple commença croire qu'il est un peuple il aura aussi bien en sang social (le« petit peuple ») qu’au sens juridico-politique  (les « citoyens », terme que Donald Trump emploie de manière synonyme à  celui de « people ») et nationale  le thème de « la France », chez Marine Le Pen).
Hélène L’Heuillet , Tu haïras ton prochain comme toi-même, Albin Michel 2017

 

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article
2 septembre 2017 6 02 /09 /septembre /2017 14:32
Désobéir par Frédéric Gros

«Ce mouvement par lequel  le sujet politique se découvre en état de désobéir, c'est ce que nous appellerons  la « dissidence civique.


L’insurrection ne se décide pas. Elle saisit un collectif, quand la capacité à désobéir ensemble redevient sensible, contagieuse, quand l'expérience de l'intolérable s’épaissit  jusqu'à devenir une évidence sociale. Elle suppose en amont l'expérience partagée,  mais que personne ne peut se dispenser de vivre en, par et pour lui-même,  d'une dissidence civique et de son appel. Depuis Socrate (« Soucie toi de toi-même!») et depuis Kant(«  Ose savoir !»), elle est aussi le régime philosophique de la pensée, son intériorité intempestive ».

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 16:39

Simone Weil


 « Ainsi que peuvent bien avoir dans l'esprit ceux pour qui le mot « capitalisme » représente mal absolu?
(…)
Comme la destruction du capitalisme n'a aucun sens, du fait que le capitalisme est une abstraction, comme elle n'implique pas un  certain nombre de modifications précises apportées au régime – de telles modifications sont traitées dédaigneusement de « réformes » – elle peut seulement signifier l'écrasement des capitalistes et plus généralement de tous ceux qui ne se déclarent  pas contre le capitalisme. Il est apparemment plus facile de tuer, et même de mourir, que de se poser quelques questions bien simples (…)

Si l'on étudie sérieusement ces  problèmes, on pourrait peut-être arriver  à avoir quelque chose dans l'esprit quand on dit que le capitalisme est  un mal. Mais il ne s'agirait que d'un mal relati, et une transformation du régime social ne pourrait être proposée qu’en vue  de parvenir à  un moindre mal. Encore le devraient-ils s'agir que d'une transformation déterminées.» 


« Ne recommençons pas la guerre de Troie (¨Pouvoir des mots) « 1937
 in Ecrits historiques et politiques, p.267 

 

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 16:36

Simone Weil


« Éclaircir les notions, discréditer les mots congénitalement  vides, définir l'usage des autres par des analyses précises, c'est là, si étrange que cela puisse paraître, un travail qui pourrait réserver des existences humaines » 
« Ne recommençons pas la guerre de Troie (¨Pouvoir des mots) » 1937.


 

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 16:34
Pourquoi la guerre ? poursuite du néant..

Simone Weil

 "Ne recommençons pas la guerre de Troie (¨Pouvoir des mots)" 1937
"Les Grecs et les Troyens  s’entre-massacrèrent autrefois pendant dix  ans à cause d'Hélène. Aucun d'entre eux, sauf le guerrier  amateur  Pâris, ne tenait si que ce fut à Hélène; tous s’accordaient  pour déplorer quelle  fût jamais née.
(…)
 Aucun n’estimait  que c'était payer trop cher, parce que tous poursuivaient un néant  dont la valeur se mesurait  uniquement au prix qu'il fallait payer.
(…)
Pour acculer les hommes aux catastrophes les plus absurdes, il n'est besoin ni de Dieu ni de conjurations secrètes. La nature humaine suffit.
Pour qui sait  voir, il n'y a pas aujourd'hui de symptôme plus angoissant que le caractère irréel de la plupart des conflits qui se font jour ».


 

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article
21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 10:21
L'histoire cachée du nihilisme

L'histoire cachée du nihilisme

Anarchasis  Cloots (contre Robespierre) :

« La république des droits de l’homme, à proprement parler, n’est ni théiste ni athée; elle est nihiliste. L’invention du législateur à je ne sais quel fantôme suprême est un hors d’oeuvre absurde (…) C’est ouvrir la boîte de Pandore » (in L’histoire cachée du nihilisme. Jeen- Pierre Faye et Michèle Cohen-Halimi)


« Nihiliste est l’homme qui juge que le monde tel qu’il est ne devrait pas être, et que le monde tel qu’il devrait être n’existe pas.De ce fait, l’existence (agir, souffrir, vouloir, sentir) n’a aucun sens : le pathos du « en vain » est le pathos nihiliste » Nietzsche (FP 9), ibid, p.125..

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article