Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juin 2017 5 16 /06 /juin /2017 15:32

Pierre Rosanvallon

 

Pour Pierre Rosanvallon, les citoyens se définissent désormais de façon plus complexe et  subjective  qu'à travers l'opposition droite - gauche. Selon l'historien les partis meurent de ne pas l'avoir compris.

Extraits

 (Sur la remise en cause du clivage gauche/droite)

 

«  La réflexion de Chevènement conduit à penser qu'il faut non pas être au-delà de la droite et de la gauche, mais et de droite et de gauche. De gauche du point de vue social, de droite du point de vue de la conception de l'école, de la laïcité, de la souveraineté et du rapport à l’Europe. Ce dernier est d'autant plus déterminant et discriminant qu'il est au cœur de la question nationale, mais aussi de la question du protectionnisme ».

Pourquoi cette nouvelle représentation de la société?

 « La société ne se définit plus seulement par des conditions sociales objectives, mais par des situations vécues de façon plus complexe et subjective. Quelqu'un ne se définit plus simplement par le fait qu'il est ouvrier, mais aussi par le fait qu'il est chômeur ou  menacé de l’être, que son fils a du mal à s’insérer ou  par les menaces sur l’emploi qui pèsent sur lui, la peur du déclassement. La langue politique traditionnelle est morte de ne pas l'avoir compris. Cela favorise les rhétoriques populistes, qui  ne dévaluent  la vision de classe que pour mettre en avant de façon vague et simplificatrice « les gens» au « le peuple» dans leur simple opposition à des minorités distantes ou destructrices. C'est une autre manière de régresser dans la compréhension de la société.

 

 La récente campagne présidentielle présage-t-elle à nouveau fonctionnement de la démocratie?

L'élection de Macron, c'est le triomphe de cette personnalisation puisque les candidats des partis traditionnels ont été écartés par ce qui se définissait comme les catalyseurs directs d'une aspiration populaire, il s'agisse de Macron, Mélenchon ou Le Pen. On est passé d'une logique de représentation de la société à une logique d’identification ».

 Propos recueillis par Gérard Courtois, le Monde , 17 juin 2017.

 

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 17:28
http://www.esprit.presse.fr/tous-les-numeros/la-bataille-des-droits-de-l-homme/2017_6
 
Avec mon article sur la Révolution syrienne (rubrique: Culture )
Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 13:30
Construire un peuple : sur le populisme de Macron

 Consciemment ou non, Emmanuel Macron pourrait s’être  inspiré des  directives du couple Mélenchon/ Mouffe (Construire un peuple, Pour une radicalisation de la démocratie,  Chantal Mouffe et Inigo Errejon) Au moins pour la forme.

 

 

https://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/17946/construire-un-peuple


«  Construire un peuple «  signifie -  selon les deux auteurs - offrir  une représentation  de  lui-même au « peuple » ( comprendre : à la fraction du peuple susceptible de vous rejoindre, et donc de voter pour vous)  à forte valeur mobilisatrice,  pour  initier ou encourager  une « puissante volonté collective » de changement (voire de « révolution »). Cette opération,  fondée sur un discours émancipateur (porteur d’une nouvelle identité narrative)   se place moins sur le terrain de la rationalité que sur celui des sentiments et de l’émotion. Au coeur de ce  projet, le renouvellement de la classe au pouvoir (« Qu’ils dégagent tous »), le remplacement des partis par un ou des mouvement (s),  la moralisation de la politique («  La vertu » selon  JLM) et bien sûr, avant tout,  le dépassement du clivage gauche/ droite jugé obsolète. Sans oublier  un partage  (implicite dans le cas de « En marche »),  entre « Nous » (les « progressistes », ceux qui veulent tout changer pour que rien ne change) et « Eux » (les « conservateurs ») , accrochés à leurs rentes de situations... 

 

 

 

    Emmanuel Macron est donc en passe de réussir (au moins momentanément, nul ne peut préjuger de l’avenir) une telle opération, au point de déclencher  probablement un tsunami électoral aux législatives. Sur le fond, ses options politiques sont  évidemment à l’opposé de celles de la France Insoumise  (ses opposants disent que son programme est « vide » -  il n’est pas vide mais il est oecuménique). Sans prétendre au statut d’expert-sondeur,  il est facile de voir qu’il semble  plus réaliste  de « construire un peuple » sur la base de positions modérées et virtuellement consensuelles (l’Europe envers et contre tout,une mondialisation assumée, la protection de l’environnement, la sécurité, l’Etat régalien fort, un chef d’Etat autoritaire et charismatique, la puissance de la voix de la France à l’international, des positions tolérantes et ouvertes  sur le plan sociétal) que sur les sujets les plus clivants (le code du travail, l’austérité, le pouvoir d’achat,  la sortie de l’Euro, l’ immigration..). Les positions dites « radicales » de gauche,  ou désormais  populistes,  ne semblent pas en mesure de réunir en France actuellement  les suffrages  de  plus de  15 % des électeurs,  20 % à tout casser - probablement encore moins pour ces élections-ci. Comment pourrait-on « construire un peuple » sur une base électorale aussi étroite? …

 Quant à l’exploitation des  sentiments et des émotions, on observe que les « gens » semblent préférer les  affects à connotations positives (optimisme, audace, fierté, ambition, gloire et même glamour   etc..  …) aux passions tristes et irritantes, très plombantes  du côté  des Insoumis  (ressentiment, colère, haine  : voir le fameux texte de François Ruffin et aussi la contre-performance de Marine Le Pen dan le débat du second tour..).

 Pendant que JLM en est déjà à envisager de « construire un deuxième peuple » (sic) … voir la vidéo sur l’échec de Chavez https://twitter.com/jeromegodefroy/status/871014456037396482)

 

Emmanuel Macron  fait le job !  La stratégie populiste, ni de gauche ni de droite, mais centriste  (comment un « populisme » pourrait-il être de gauche?) fonctionne plutôt bien pour le moment. 

 

    Mais un tel populisme opportuniste ne vaut  - à ce stade - qu’en tant que  stratégie électorale.. A moyen terme il faudra clarifier les objectifs du gouvernement, et cela sera  sans doute assez compliqué… Car  le pseudo-consensus « populiste », s’il ne repose pas sur des convictions de droite et même nationalistes,  voire xénophobes, (auquel cas il est cohérent) ne peut être que  politiquement superficiel et ambigu. 

 

 

 

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article
3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 13:42
La démocratie  est ce régime - le seul - qui institutionnalise le conflit

Je reposte ce texte que j'avais rédigé en 2006 et qui constitue un compte rendu d'un ouvrage rassemblant les textes clés  de Claude Lefort sur la démocratie.

Vivre et écrire à l’épreuve de l’incertitude

Le temps présent. Ecrits 1945-2005

Editions Belin, 1042 pages

 

 La décision de rassembler et de publier 81 textes, articles et conférences prononcées ou rédigées par Claude Lefort entre 1945 et 2005 constitue en soi un événement. Non pas tant parce qu’elle nous donnerait accès à tel ou tel aspect méconnu de la pensée du philosophe – les lecteurs potentiels de cet ouvrage connaissent les principales oeuvres de Claude Lefort, publiées par ailleurs, et sont familiers de ses idées – mais aussi et surtout parce qu’elles permet de prendre la mesure d’une pensée en mouvement,  celle d’un homme debout qui, pendant 60 ans, n’a cessé d’intervenir dans le débat public avec une audace et une indocilité qui l’honorent. Encadré par deux dates, le travail de Claude Lefort, rythmé par une série de leitmotivs et de concepts fondateurs, apparaît comme le miroir dynamique de ce temps présent, ici  scrupuleusement réfléchi. La principale ligne de force de l’œuvre est une « ontologie du mouvement » empruntée pour l’essentiel à Machiavel. Le grand penseur florentin est, selon Claude Lefort, le seul philosophe à avoir « pénétré la vérité intime » de la politique, parce qu’il fut le premier à avoir osé extraire la politique de tout horizon de concorde ou d’harmonie pour la concevoir au contraire comme un champ d’activités dépourvu de tout arrière plan théologique, éthique, ou même spéculatif. Avec Machiavel, il devient évident que la politique s’établit sous le régime de l’incertitude et de l’instabilité, et c’est la raison pour laquelle l’œuvre de Claude Lefort se présente, elle aussi,  comme une entreprise périlleuse, ouvertement subjective, et non pas comme une lecture distanciée à prétention scientifique, comme pourrait l’être celle d’un politologue ou celle d’un savant weberien par exemple. 

La vie et les écrits de Claude Lefort se placent d’emblée sous le signe du risque. « Parler à la première personne », sans se départir d’une « certitude inquiète », tels sont les aspects les plus marquants d’un engagement qui témoigne d’une intégrité à toute épreuve, malgré l’immensité du chemin parcouru depuis les années d’apprentissage. « Ma réflexion s’est d’abord exercée dans les horizons du marxisme », écrit-il dans un texte de 1979, et les premiers articles du Temps présent attestent d’un parti pris d’autant plus entier que le jeune étudiant - il a 21 ans lorsqu’il publie « L’analyse marxiste et le fascisme » en 1945 – est alors un fervent militant trotskiste. « La représentation d’une société délivrée de la division régissait [alors] mon argumentation » : c’est dans le contexte de ce militantisme vite désavoué que Claude Lefort conçoit une première ébauche de sa théorie du totalitarisme. Dans l’idéologie totalitaire, le très  jeune philosophe décrypte une « fermeture à toute nouveauté », une « insensibilité obtuse à l’événement » et, comme il le relève déjà, une fascination ruineuse pour l’image du corps : « la clôture de ce discours tient à ce qu’il n’est le discours de personne, il est discours du parti, corps idéal du révolutionnaire, qui pense à travers chacun de ses membres » (1979).

La désincorporation

 C’est au contact de ce micro-corps révolutionnaire que Claude Lefort élabore une préfiguration de sa théorie de la « désincorporation ». La démocratie, dont le philosophe propose une représentation déduite a contrario du fait totalitaire, est un régime qui repose sur un constat : « le lieu du pouvoir est vide ». En démocratie, le pouvoir n’appartient à personne. Même si certains individus exercent pendant un laps de  temps limité des responsabilités, le pouvoir proprement dit reste «  inlocalisable, infigurable, indéterminé ». Cette situation est totalement inédite, car dans tous les autres systèmes, les principes et les normes gouvernant l’ordre social se trouvent « incorporés dans la personne du Prince ». Le processus de la désincorporation et de la désintrication du pouvoir, du savoir, et de la loi, constituent la principale  mutation symbolique des temps modernes. Ce bouleversement majeur de notre représentation de la société et de l’Etat explique pourquoi la démocratie suscite le fantasme d’une société sans pouvoir, mais aussi pourquoi elle peut appeler une réaction redoutable, celle qui constitue l’autre versant de notre modernité, le totalitarisme.

La fantasmatique totalitaire

 Telle est la question ouverte dans les années 50 -  jamais refermée depuis - autour de laquelle se noue l’ensemble des réflexions de Claude Lefort : « pourquoi le totalitarisme est-il un événement majeur de notre temps, pourquoi nous met-il en demeure de sonder la nature des sociétés modernes ? » 

Contrairement à Raymond Aron ou à François Furet, auteurs dont Claude Lefort est pourtant proche, mais auxquels il reproche de relativiser ou de minimiser l’effroyable singularité du totalitarisme, l’auteur du Temps présent considère, à l’instar d’Hannah Arendt, que le nazisme et le communisme constituent les deux versants jumeaux d’une seule et même révolution anti-démocratique. C’est chez La Boétie que, très anachroniquement (Le Discours de la servitude volontaire date de 1548!) il découvre une tentative décisive d’élucidation de la « fantasmatique » à laquelle est suspendue l’entreprise totalitaire. Comme La Boétie, comme Hannah Arendt, l’auteur de Un homme en trop. Essai sur l’Archipel du Goulag et de L’invention démocratique. Les limites de l’invention totalitaire,  considère que, par opposition au despotisme, le totalitarisme n’est pas (seulement) un système d’oppression reposant sur la violence et la terreur, mais qu’au contraire  il ne peut devenir intelligible que rapporté à son élément constitutif, la croyance. Soumis à l’idéologie nazie ou communiste, le peuple séduit, consentant (plus ou moins !) croit en la légitimité du projet totalitaire. Il attribue à ce projet  la vertu d’entretenir le fantasme, abandonné par la démocratie, du « peuple-UN », c’est-à-dire d’une société conçue à l’image d’un corps dont le Parti et son chef font advenir puis incarnent l’indéfectible identité. En affirmant l’unité dernière de toutes les normes qui commandent le droit, l’action et la connaissance, le pouvoir totalitaire rétablit, au prix d’un mensonge fondateur et d’une illusion radicale, cette « unité fictive » que la démocratie nie et abolit  d’un seul et même geste inaugural.

Un tournant symbolique

 A partir de ce socle conceptuel, Claude Lefort, emboîtant le pas à Hannah Arendt, prend la liberté de penser le politique en rupture avec l’ensemble de la tradition philosophique occidentale. Pour lui en effet, l’avènement de la démocratie qui « dissout les repères ultimes de la certitude », constitue avant tout un tournant - le terme de révolution serait ici mal venu - symbolique. La démocratie moderne, libérale  ne peut être saisie convenablement que sous l’angle de la représentation, c’est-à-dire de  la conception que nous en formons, même si le rôle de l’infrastructure économique et capitaliste de ce régime ne peut être minimisé ni occulté. Parce qu’en démocratie, le pouvoir est sans garantie transcendante, parce que ceux qui l’exercent ont cessé de  prétendre détenir la connaissance des fins dernières de l’humanité, le citoyen moderne doit accepter l’épreuve de l’indétermination du pouvoir, du savoir et du droit. La démocratie, est également un régime qui assume et revendique le principe de la « division sociale » (séparation de la politique et de l’économie, diversité des éthiques et des visions du monde, opposition insurmontable des intérêts et des instances représentant ces intérêts etc…). L’homme démocratique est, par conséquent, renvoyé à sa propre conscience et à son propre jugement comme seules sources possibles de cette loi dont la précarité est désormais mise à nu : «  la démocratie moderne affirme de façon irréversible la légitimité du débat portant sur le légitime et l’illégitime ». Compte tenu de l’indétermination définitive des principes fondamentaux de ce régime qui, seul entre tous : « institutionnalise le conflit », le citoyen précarisé, souvent saisi d’angoisse,  risque à tout moment d’être séduit par les sirènes anti-démocratiques. Car le régime de l’instabilité chronique et de l’inconstance tempérée par la seule foi « libérale », peut à tout moment déraper dans les divisions idéologiques ou s’abîmer dans le relativisme (« A chacun se conviction, toutes se valent ») et le nihilisme (« Rien ne vaut rien, vive la mort »).

Accueillir l’inédit

 Pourtant, c’est dans le cadre de cette incertitude assumée et même revendiquée que les individus d’esprit indépendant sont à même de prendre position le plus librement, car la démocratie est aussi la société qui donne  au plus haut point à chacun l’opportunité de se déterminer sans repères préétablis, c’est-à-dire, en fin de compte, de penser authentiquement par soi-même : «  C’est donc l’absence d’un fonctionnement repérable, le fait qu’une place symbolique, déclarée vide, ne soit occupée par personne, qui engendre la vitalité des relations sociales, puisque tous sont appelés à rechercher ce qui doit être ». A cet égard, précisément  parce qu’elle place au cœur de ses investigations les notions de doute, de risque, d’incertitude, de faillibilité,  la pensée de Claude Lefort est aussi l’une des plus innovantes qui soient. Ne bénéficiant d’aucun système de sauvegarde immunisant, le philosophe peut accueillir l’inédit, l’imprévisible, l’impensable même, avec une ouverture d’esprit jamais démentie. On lira donc avec surprise parfois, profit toujours, ses analyses concernant, entre autres, l’Etat moderne (« toujours plus fort » en extension,  « toujours moins fort » symboliquement »  texte 32, ) la tentation constante du populisme (accordé au « culte de la parole brute qui se fonde sur la dénégation du dialogue », textes 19 et 50),  la liberté à l’heure du relativisme (« Le relativisme est la version douce, pacifique, du nihilisme,  et le nihilisme contient la virtualité de la terreur », texte 52), le lien étroit entre libéralisme et démocratie («Nous ne pouvons concevoir à présent une démocratie qui ne soit pas libérale », texte 63), la fragilité de la démocratie à l’heure de la globalisation (« Est-ce la fin de la politique qui s’annonce ?», texte 67),   le statut problématique des droits de l’homme (« L’homme des droits de l’homme est indéterminable », textes 33 et 81). A découvrir aussi des prises de position ponctuelles inattendues de la part d’un « intellectuel de gauche », comme par  exemple sur le bien-fondé de l’intervention en Bosnie (texte 64), sur l’ambiguïté des grèves de 1995 (texte 69), contre l’avénement du F.IS. en Algérie (texte 56), « Pour Rushdie,  écrivain » (texte 60)  etc….

Les droits de l’homme sont une politique

 S’il est difficile de dégager une ligne de force de ces milles pages délibérément  « compliquées », il reste possible de pointer les aspects les plus marquants de cette approche  à la fois littéraire et humaniste du XX ième siècle. Le rapport très particulier  que Claude Lefort entretient avec la littérature  éclaire tout d’abord l’organisation non pas symphonique mais polyphonique de son écriture. Prenant appui notamment sur les œuvres de Joyce, Gide et Dos Passos (« La littérature moderne comme expression de l’homme », texte 7, (1954) ), il montre comment  les grands écrivains de notre temps ont vu   qu’il est impossible de survoler le réel pour  embrasser d’un seul regard  personnages et Histoire. Toute illusion d’objectivité doit être proscrite,  le monde est décousu et dépourvu de centre. Morcellement du récit et complication des perspectives sont donc les modalités  adéquates d’un art qui décrit moins le réel qu’il ne l’interroge. Cette approche littéraire du XX ième siècle est également ici celle du philosophe qui ne cherche pas  l’ « unité de sens d’un monde en trompe l’œil » mais qui, tout au contraire,  s’arrache aux « conventions qui le rivaient au passé » afin d’éprouver pleinement l’« incohérence du réel ». Tout comme les personnages décentrés et hyper-subjectifs de Gide, Faulkner ou Kafka, l’auteur du Temps présent aborde   son vécu non pas en observateur détaché mais en acteur  perplexe quoique  impliqué. Parfois sévère avec sa propre famille politique (« La gauche fut ébranlée, dans son ensemble, écrit-il par exemple, par la chute du communisme et de la puissance soviétique. Elle le fut particulièrement en France, où le Parti socialiste, tout en souhaitant une évolution pacifique de la démocratie, n’avait jamais pu ou voulu mettre au centre de sa réflexion l’opposition totalitarisme-démocratie : il subit le choc de l’événement, lequel n’est pas pour rien dans son déclin » « Le jugement politique. La guerre en Bosnie », (1994), p 776) ), il  prend des positions  cohérentes avec son combat anti-totalitaire. Avec constance, il soutient les luttes hétérogènes  émanant des courants les plus divers (Lip, Larzac, revendications homosexuelles etc..) tandis que  parallèlement  il  salue le courage singulier de Jacques Delors (« Violence d’un non. Le geste de Delors », texte 66) ou, rétrospectivement,  la lucidité de Raymond Aron (« Raymond Aron, le phénomène totalitaire », texte 79) et   déplore (en 2000, encore…) l’aveuglement de la gauche trotskiste (« Le refus de penser le totalitarisme », texte 77). Claude Lefort n’est jamais où on l’attend. Ainsi, il ne rejoint pas François Furet dans une analyse du stalinisme (Le passé d’une illusion) qui, selon lui, a  conduit l’historien à écarter la question du politique et à réduire le totalitarisme à une « parenthèse historique à présent refermée ». Il se dissocie  également de Marcel Gauchet en refusant de stigmatiser l’impuissance de la démocratie qui tendrait  à cautionner  l’autonomisation de l’économie aux dépens  du politique. Dans un texte original et subtil sur la mondialisation et son incidence sur le politique (« Démocratie et globalisation », texte 67, 1995), Claude Lefort renvoie dos à dos les « prophètes de l’impossible » pour lesquels l’idéologie du marché signe la fin de tout combat collectif (version réactionnaire) et les nouveaux démagogues qui justifient la prolifération des droits particuliers (version progressiste). Revenu des figures obligées du marxisme orthodoxe, Claude Lefort s’est efforcé tout au long de son œuvre de réarticuler la notion du politique et la notion du droit (« L’histoire du mouvement ouvrier n’est après tout qu’un immense chapitre de l’histoire des droits de l’homme » souligne-t-il dans « La pensée politique devant les droits de l’homme » 1980,  p 419). Il ne s’est jamais  laissé intimider par le « défaitisme libéral », qu’il soit de droite ou de gauche (« troisième gauche ») : refusant de confondre « droits fondamentaux » et « droits conditionnés », il n’a cessé de s’opposer à cette fraction de la gauche qui n’a voulu voir dans le combat en faveur des droits de l’homme qu’une simple protestation morale, une illusion dépourvue de toute portée politique effective. La « complication » en effet n’est pas l’indifférenciation ni la confusion entre telle ou telle utopie  et les indispensables « fictions » juridiques. L’extension du champ juridique, c’est-à-dire l’invention de nouveaux droits articulés aujourd’hui à la notion de « patrimoine de l’humanité » est à saluer car elle signifie que les grands desseins politiques sont plus que jamais à l’ordre du jour ( « Droit international, droits de l’homme et politique », texte 81, (2005) ).

Où suis-je ? Quelle heure est-il ?

 Ce bref survol serait injuste  s’il ne mentionnait l’admiration que Claude Lefort voue à Merleau-Ponty et la dette qu’il conçoit à son égard. Claude Lefort a trouvé chez son ancien professeur de terminale cette attention au sensible, à l’événement, au visible comme à l’invisible que le visible enveloppe, qui constitue l’une des clefs de cette « ontologie du mouvement » confirmée ultérieurement par la lecture de Machiavel. Métaphysique pragmatique, si l’on peut dire, appropriée à la vision d’une Histoire privée de finalité mais non de signification : Claude Lefort a retenu de Merleau-Ponty l’idée de l’orientation comme étant une  composante de la perception. Penser, se situer, s’engager et s’orienter se fondent en une seule et même activité. C’est Paul Claudel qui parle ici : « D’un moment à un autre, un homme redresse la tête, renifle, écoute, considère, reconnaît sa position : il pense, il soupire, et, tirant sa montre de la poche logée contre sa côte, regarde l’heure. Où suis-je ? et Quelle heure est-il ? telle est de nous au monde la question inépuisable. »

 

Laurence Hansen-Löve

 
Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 12:35
La République se passera d'ennemis

 

 

Un peuple libre n'a ni maître ni ennemi !

 

 

Dans l’état de nature, selon Rousseau, les hommes étaient libres. Ils ne dépendaient de personne, n’avaient aucun compte à rendre à qui que ce soit; en aucun cas  ils ne pouvaient être réduits en esclavage.  On aurait tort d’en conclure pour autant  que la liberté  peut se passer de règles :

 

« On a beau vouloir confondre l’indépendance et la liberté, ces deux choses sont si différentes que même elles s’excluent mutuellement[…]Quand chacun fait ce qu’il lui plaît, on fait souvent ce qui déplaît à d’autres, et cela ne s’appelle pas un état libre. La liberté consiste moins à faire sa volonté qu’à n’être pas soumis à celle d’autrui ; elle consiste encore à ne pas soumettre la volonté d’autrui à la nôtre. Quiconque est maître ne peut être libre, et régner, c’est obéir[…]

 Il n’y a donc point de liberté sans Lois, ni où quelqu’un est au dessus des Lois : dans l’état même de nature, l’homme n’est libre qu’à la faveur de la loi naturelle qui commande à tous. 

   Un peuple libre obéit, mais il ne sert pas ; il a des chefs et non pas des maîtres ; il obéit aux Lois, mais il n’obéit qu’aux Lois, et c’est pas la force des lois qu’il n’obéit pas aux hommes. Toutes les barrières qu’on donne dans les Républiques au pouvoir des Magistrats ne sont établies que pour garantir de leurs atteintes l’enceinte sacrée des Lois : ils en sont les Ministres, non les arbitres ; ils doivent les garder, non les enfreindre. Un peuple est libre, quelque forme qu’ait son Gouvernement, quand dans celui qui le gouverne il ne voit point l’homme, mais l’organe de la Loi. En un mot, la liberté suit toujours le sort des Lois, elle règne ou périt avec elles ; je ne sache rien de plus certain.» Lettres écrites sur la montagne (1764) Huitième Lettre, in Œuvres complètes, vol III, Bibliothèque de la Pléiade. Gallimard 1964

 
Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 16:19
Comment et pourquoi les progrès du "droit à  l'égalité" nous désespèrent..

"Quand l’inégalité est la loi commune d’une société, les plus fortes inégalités ne frappent point l’oeil; quand tout est à peu près de ce niveau, les moindres le blessent. C’est pour cela que le désir d’égalité devient toujours insatiable à mesure que l’égalité est plus grande” Tocqueville Inquiétude du bien être" De la démocraite en Amérique, II, chapritre 13, Folio  p.193

"Le triomphe culturel du droit à l'égalité exacerbe le pessimisme " par François Dubet 

http://www.lemonde.fr/economie-francaise/article/2017/05/23/le-triomphe-culturel-du-droit-a-l-egalite-exacerbe-le-pessimisme_5132326_1656968.html

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 13:45
 
http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Simone_Weil_Note_sur_la_suppression_generale_des_partis_politiques.pdf

"Un parti politique est une machine à fabriquer de la passion collective.

http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Simone_Weil_Note_sur_la_suppression_generale_des_partis_politiques_1940.pdf 3/12

Un parti politique est une organisation construite de manière à exercer une pression collective sur la pensée de chacun des êtres humains qui en sont membres.

La première fin, et, en dernière analyse, l'unique fin de tout parti politique est sa propre croissance, et cela sans aucune limite.

Par ce triple caractère, tout parti est totalitaire en germe et en aspiration. "

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 10:06
http://remacle.org/bloodwolf/textes/thucyeloge.htm
 "Notre ville est ouverte à tous"
Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 11:14

Emmanuel Macron a surpris le monde. Il a fait l’impossible. Et il est réel. Il nous représente. Son désir : rassembler. L’effet produit une forme de désarroi, de dispersion. Les vieux sont déconcertés. Comme s’ils craignaient la nouveauté. Comme s’ils craignaient pour leurs prébendes. D’autres vieux dans mon genre sont heureux de l’ouverture qu’il incarne, pour la jeune génération. Pouvoir être heureux, ce n’est pas nécessairement nourrir un optimisme béat. L’aigreur du pessimisme doctrinaire qui fait alliance avec le cynisme et l’ironie, en revanche, me déplaît. La hargne déçue aussi, surtout quand elle a acquis des voix légitimes. Chacun son style, n’est-ce pas.
Emmanuel Macron a entendu les colères, aux extrêmes. Il a suivi les débats comme nous et mieux que nous peut-être. Il connaît aussi des dossiers que nous ne connaissons pas. Et nous en connaissons sans doute d’autres qu’il ne connaît pas. Dans cet espace d’ignorance mutuelle peut renaître une démocratie sclérosée et en berne depuis longtemps.
Depuis longtemps on nous parle de changement. Et il n’arrive pas. Comme l’a bien dit François Hollande, l’histoire bégaie. Sans doute parce que les hommes se répètent sans le savoir. Sortir du bégaiement ne va pas être aisé. Mais après tout, les causes trop aisément gagnées passaient sans doute à côté du plus dur.
J’ai été sensible au choix des mots d’Emmanuel Macron. Il ne s’est pas présenté comme un « dirigeant » mais comme un serviteur de la République. Il va tenter de se mettre au service de notre pays dans l’Europe telle qu’elle va mal. Et dans cette tentative, il va rencontrer évidemment toutes sortes d’obstacles, à commencer par les résistances des vieux partis. Evidemment, En Marche ne peut pas être un parti unique. Mais il pourrait constituer une majorité de rassemblement, avec ses opposants, de façon à ce que le jeu démocratique reste dynamique.
Puisque cette majorité de rassemblement ambitionne de rassembler des Français du Centre, de Droite et de Gauche, qui entendent s’atteler aux questions réelles qui minent notre pays, les leaders des partis qui combattaient plus pour des idées que pour modifier les réalités sociales sont déconcertés, d’autant que le rassembleur est vécu comme un traître aux idéaux des uns et des autres.
Si les Français étaient raisonnables, je crois qu’ils feraient le pari de l’espoir qu’incarne cet homme inattendu mais espéré par beaucoup de jeunes, de tous bords et de tous les milieux. Je crois donc qu’ils devraient lui donner 

la majorité à l’Assemblée, pour lui donner sa chance. Mais qui a dit que les Français sont raisonnables ?

 

Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 15:30

Belle lettre d'Eric Ruf, administrateur de la Comédie Française, sur son père, électeur du Front National.
Mon père était un homme intelligent…
Mon père était un homme intelligent et lettré. Il vantait à sa descendance la lecture nécessaire des classique, l’éduquait à la musique, il était de ces gens qu’on qualifie d’élite.
Mon père était électeur du Front National, à une époque où il était dur de le dire. Sur la table du salon, côtoyant les grands auteurs qui sont le socle de notre conscience au monde, se trouvait National Hebdo, le journal du Front National au discours haineux et à la prose déficiente. Je ne comprenais pas ce paradoxe mais il m’est vite apparu alors que les thèses de Jean-Marie Le Pen, loin de faire appel à l’intelligence ou aux qualités d’analyse de mon père ne faisaient que répondre à ses peurs et à sa solitude profonde en leur donnant un moyen d’expression et une justification aisés.
Mon père était un homme peu aimable, je l’ai aimé, je suis son fils, mais il m’a malheureusement légué une grande part de ses angoisses et de son incapacité au monde.
J’ai peur mais cette peur qui m’appartient, qui me taraude, je refuse de la remettre en des mains indélicates et intéressées. C’est à moi de la combattre et de la transformer si je puis.
Mon métier, le théâtre, m’a sauvé. Je l’ai choisi et il est devenu ma vie parce qu’il m’oblige tous les jours à rebattre mes cartes, à rencontrer sans cesse de nouvelles personnes et de nouvelles méthodes, parce que ni l’âge, ni le sexe, ni le niveau de diplôme, ni la culture, ni la couleur de peau n’y ont autorité, parce qu’il ne travaille que sur l’universalité du monde et qu’il le brasse dans son infini mystère. Le théâtre me sauve parce qu’il m’oblige à sortir de ma tanière et travaille le meilleur de moi-même en ne laissant pas grandir le pire. Ce combat en moi n’est et ne sera jamais gagné mais je sais, pour l’avoir vécu, ce que donneraient des générations nourries au lait empoisonné du Front National.
Ce parti auquel adhérait mon père, celui qui accède au second tour de l’élection présidentielle aujourd’hui, n’a pas changé. Sa force consiste toujours à remuer en nous nos facilités, notre dépit, notre haine de nous-mêmes et des autres. Actuellement on parle de peur du déclassement ou du refus de la mondialisation mais la recette est la même qu’hier : vanter des solutions simplistes en désignant des boucs émissaires, faire croire qu’un état plus fort, plus autoritaire, plus protectionniste aurait des solutions à tous nos problèmes, et donner crédit à cette omnipotence au simple prétexte que ceux-là on ne les aurait pas encore essayés. C’est faux. Aucune équation simple ni aucune posture martiale ne dénoueront jamais la complexité du monde dans lequel nous sommes précipités et l’Histoire témoigne douloureusement d’expériences plus que malheureuses, d’essais avérés et terrifiants.
Ce n’est pas Marine Le Pen qui est dangereuse, c’est nous qui le sommes à nous-mêmes. Si des millions d’électeurs lui apportent leur suffrage, ce n’est pas parce que son autorité est grande, elle n’est finalement que le simple réceptacle de nos peurs et de nos colères individuelles. Si ce n’était elle, nous en inventerions un autre.
Alors, pour interdire qu’on élève en nous ce que nous devons refuser de voir poindre, je voterai Emmanuel Macron sans aucune hésitation.
Éric Ruf

 
 
Repost 0
Published by laurence hansen-love - dans actualité politique
commenter cet article